Projet pilote concluant : Heures d’ouverture prolongées aux terminaux de MGTP et Termont du Port de Montréal

0

CargoM, la grappe métropolitaine de logistique et transport de Montréal, souligne les résultats positifs de la collaboration de ses partenaires pour l’instauration d’heures d’ouverture des terminaux prolongées au Port de Montréal, suite au projet pilote mené du 14 mai au 22 juin.

Avec la multiplication des zones de travaux routiers dans le grand Montréal, l’augmentation du temps passé par les camionneurs dans la congestion et les horaires restreints aux terminaux du Port de Montréal, la fluidité des mouvements des marchandises était affectée.

Les travaux des différents partenaires impliqués dans le projet – plus de 60 leaders de l’industrie – ont mené à l’implantation de qui était au départ un projet pilote et qui, à la lumière des résultats positifs constatés sur le terrain, est toujours en vigueur à ce jour et est appelé à se poursuivre.

Auparavant, les heures d’ouverture des terminaux étaient désynchronisées, puisqu’un terminal ouvrait à 6h00 et l’autre à 7h00, la fermeture des guérites s’effectuant à 15h00. Suite aux annonces des terminaux MGTP et Termont, elles vont devenir permanentes de 6h00 à 23h00, soit une augmentation de neuf heures par jour d’accès au port pour les camions.

Popularité en fin de journée

Le projet pilote a démontré que l’utilisation des guérites a connu une croissance avoisinant les 20%, plus particulièrement pour les voyages effectués après 15h00. Les partenaires de transport ont dit constater une amélioration de la fluidité et de leurs opérations. Différentes options sont étudiées dans le but de « combler certains enjeux qui se situent dans la période entre 14h30-15h30 et ainsi assurer la fluidité des opérations en tout temps », indique CargoM par voie de communiqué.

« Ce projet pilote démontre la puissance de la collaboration des partenaires de CargoM et de notre faculté à faire aboutir des projets structurants pour l’industrie et générant développement et croissance économique pour le grand Montréal » a déclaré Mathieu Charbonneau, directeur général de CargoM. Cet organisme vise ouvertement à ce que la plaque tournante du grand Montréal se positionne plus que jamais « comme un incontournable dans les chaînes d’approvisionnement mondiales. »

L’industrie satisfaite des horaires

Tout comme Marc Cadieux, PDG de l’Association du camionnage du Québec, qui dit se réjouir de l’accélération des temps de passage des camions, le président du Groupe Lafrance, Daniel Bineau, voit d’un œil positif cette flexibilité accrue. L’entreprise de camionnage spécialisée en transport intermodal a été aux premières loges des discussions entourant la prolongation des heures d’accès au port.

L’expérience des camionneurs du Groupe Lafrance sera plus agréable au port de Montréal.

« Nous sommes associés à des produits qui sont appelés à arriver en importation ou à quitter le pays en exportation, donc environ 90% de notre volume d’affaires provient du mouvement de conteneurs », explique-t-il en entrevue à Transport Routier.

Au sujet du meilleur accès des camions aux installations portuaires, Daniel Bineau déclare : « On pense que c’est très positif parce le volume sera réparti sera une plus grande fenêtre d’heures. » Selon lui, l’ancien horaire était trop restrictif pour le volume de travail à effectuer, notamment lorsqu’on doit respecter des normes strictes en matière d’heures de service.

« Prenons comme exemple un camionneur qui arrive de Québec avec une cargaison de produits congelés destinés à l’exportation. Avec les bouchons de circulation qu’on connaît actuellement pour passer de la Rive-Sud à l’île de Montréal, nous devions traverser la ville et parfois arriver alors que les terminaux étaient fermés. On était pris avec une cargaison qu’on devait sécuriser pour la nuit ou qui risquait même de manquer le départ du bateau, » précise le président du Groupe Lafrance. « Les camionneurs arrivaient serrés dans leurs heures », ajoute-t-il.

35 $ par conteneur chargé

Des tarifs de 35 $ par conteur chargé – l’entrée ou la sortie de conteneurs vides seront sans frais – seront facturés aux entreprises de camionnage, afin notamment d’amortir les frais de main d’œuvre additionnels occasionnés par les heures d’ouverture prolongées, explique Daniel Bineau.

Comme d’autres intervenants de l’industrie du transport par camion, il aurait préféré que ces frais soient plutôt chargés aux entreprises maritimes ou aux importateurs, mais il dit comprendre que le processus de facturation soit plus simple lorsqu’il s’applique aux camionneurs, ceux-ci étant déjà munis de systèmes d’identification auprès des autorités du port. Les entreprises de camionnage factureront à leur tour ces frais à leurs clients, un peu comme le serait une surcharge sur le carburant par exemple. Cela représente un léger fardeau administratif, mais qui est amplement compensé par l’importante réduction des temps d’attente, selon Daniel Bineau.

Il se dit confiant de voir les expéditeurs assumer cette surcharge dans le contexte actuel où la demande en services de camionnage excède la capacité. « On doit refuser du travail presque tous les jours », illustre M. Bineau.

Pour obtenir plus de détails sur les heures d’opération des terminaux, veuillez visiter ces sites Internet en cliquant sur ces liens : MGTP ou Termont.

Partager.

Laisser une réponse