Quatre façons d’attirer plus de femmes dans l’industrie du camionnage

0

Les femmes sont largement sous-représentées dans les rangs de l’industrie canadienne du camionnage, et elles ne représentent que 3 % de l’ensemble des chauffeurs de camion. Mais Rona Ambrose pense que les solutions de ce problème sont plus simples qu’on pourrait le croire.

S’adressant à un public majoritairement féminin lors du récent événement Women with Drive de RH Camionnage Canada, l’ancienne dirigeante du Parti conservateur du Canada, chef d’entreprise et championne du droit des femmes, a été chaudement applaudie pour ses conseils aux employeurs de l’industrie.

1) Mettez en place un programme de mentorat

Pour Mme Ambrose, la principale stratégie de recrutement pour attirer davantage de femmes dans toutes les industries – et les y garder – consiste à mettre en place des programmes de mentorat.

«Je passe beaucoup de temps à recruter des femmes et à les aider à obtenir des postes dans la fonction publique», a-t-elle déclaré.

«Quand je leur suggère de poser leur candidature pour un poste de cadre, elles répondent toujours ‘Eh bien, avant cela je veux obtenir mon diplôme, ensuite je veux devenir une PDG’. Et quand je dis la même chose à leurs homologues masculins, les hommes répondent ‘Ouais. Vous avez raison’. Il y a là une telle déconnexion. Mais c’est là que vous, en tant que dirigeants, devez intervenir et dire à ces femmes ‘Hé, vous êtes assez bonne et nous voulons vous former, vous soutenir et vous promouvoir.»

La prime, c’est qu’il s’agit d’une stratégie gratuite, d’ajouter Mme Ambrose.

«C’est juste un effort afin de trouver une autre femme ou un autre homme pour aider à guider ces nouveaux arrivants. Je vous encourage donc à continuer à vous concentrer là-dessus.»

2) Écoutez les femmes dans votre équipe

«C’est difficile de parler en tant que femme dans un cadre dominé par les hommes», a déclaré Mme Ambrose, en lien avec la façon dont certaines femmes hésitent à prendre la parole dans une salle de réunion. «La plupart des gens ont cette petite voix qui les fait douter et qui leur dit de ne pas parler, et ils le font seulement après avoir préalablement répété dans leur tête pendant 10 minutes.»

Mais quand les femmes prennent la parole, il est important que les chefs de file de l’industrie les écoutent et écoutent leurs idées, tout comme ils écoutent leurs homologues masculins, de poursuivre Mme Ambrose.

«Et pour les leaders dans cette salle, si vous n’avez pas de femmes qui s’expriment lors de vos réunions, faites-les parler», a-t-elle dit. «C’est votre responsabilité. Si vous voulez que plus de femmes se sentent à leur place dans votre industrie, interpellez-les et dites ‘Alors, Sally, qu’en pensez-vous?’. Et je sais que c’est plus de travail pour vous, mais vous devriez dire aux femmes de votre bureau que vous voulez savoir ce qu’elles ont à communiquer, et que vous accordez de la valeur à leur voix.»

3) Réévaluez qui doit mener vos entretiens d’embauche

Les employeurs de l’industrie devraient regarder de près qui est en charge d’embaucher des candidates féminines, a déclaré Mme Ambrose à l’auditoire de Women with Drive.

«Des recherches démontrent que lorsqu’un intervieweur demande à l’interviewé s’il a des questions, une femme est plus susceptible de poser davantage de questions à une intervieweuse qu’à un intervieweur», poursuit-elle. «Franchement, certaines femmes sont plus à l’aise de poser à une autre femme certaines questions qu’elles ne poseront pas à un homme.»

Dans le camionnage, par exemple, une chauffeuse potentielle pourrait être plus à l’aise de questionner une intervieweuse sur les politiques relatives à la sécurité des aires de repos et à la propreté des toilettes.

«Ces quelques réponses pourraient faire la différence», toujours selon Mme Ambrose. «Au bout du compte, les femmes ne veulent pas être traitées différemment, mais nous avons des réalités différentes que la plupart des hommes n’abordent pas.»

4) Demandez aux femmes si elles sont intéressées par le travail

N’oubliez pas que certaines femmes déjà sur le lieu de travail pourraient être intriguées par des offres d’emploi internes, a souligné Mme Ambrose.

«Quand les femmes postulent pour une promotion, vous, les dirigeants, pensez-vous à elles de la même façon que vous pensez aux hommes du bureau?» a-t-elle demandé. «Très souvent, les dirigeants masculins se demanderont surtout pourquoi aucune femme n’a postulé pour un emploi donné. Et c’est parce qu’ils envoient des signaux inconscients que les femmes ne sont pas les bienvenues. Ils vont penser ou dire ‘Mary est fantastique, mais je sais que son mari a une carrière bien remplie et qu’elle vient d’avoir un deuxième enfant, alors c’est sûr qu’elle n’est pas intéressée par ce travail’. Voici un conseil, demandez à Mary ce qu’elle veut.»

C’est un préjugé inconscient qu’elle constate dans de nombreux lieux de travail, où les dirigeants ne pensent pas spécialement aux difficultés qu’un homme pourrait avoir à la maison.

«C’est une chose à laquelle nous devons tous réfléchir davantage», conclut-elle. «Pensez-vous aux hommes et aux femmes de la même manière? Et évaluez-vous les femmes de la même manière que les hommes de votre bureau?»

Partager.

Laisser une réponse