Quatre hauts dirigeants parlent chaîne d’approvisionnement au Cercle canadien de Montréal

Avatar photo

Dans le cadre de sa série de dîners-conférences Rendez-vous avec nos PDG, le Cercle canadien de Montréal a tenu lundi dernier le Panel sur la chaîne logistique. Quatre représentants des principaux maillons de la chaîne d’approvisionnement ont discuté des différents enjeux qui touchent le secteur.

Le transport routier était représenté par Andreea Crisan, PDG d’Andy Transport. Elle a pris la parole en compagnie du président de Logistec Arrimage, Rodney Corrigan, qui représentait le transport maritime; du premier vice-président et chef Stratégie au CN, Patrick Lortie, qui représentait le transport ferroviaire; et du vice-président de la chaîne d’approvisionnement de la Société des alcools du Québec, Luc Bourdeau, qui représentait l’utilisateur. Le panel était modéré par Mathieu Charbonneau, vice-président et directeur général de la division transport chez Airudi.

«On a un écosystème qui est fort sur notre territoire. Il y a beaucoup d’innovations et d’entreprises qui sont là pour aider et à amener des solutions», a  lancé Mathieu Charbonneau d’entrée de jeu.

Mathieu Charbonneau, Luc Boudreau, Rodney Corrigan, Andreaa Crisan et Patrick Lortie (Photo : Le Cercle canadien de Montréal)

L’empreinte environnementale

Les enjeux environnementaux ont fait l’objet des premières discussions, notamment ce qui touche à l’électrification des véhicules. La stratégie d’Andy Transport se base sur le «slow fashion», ce qui signifie que la compagnie entretient ses camions pendant une longue période afin de ne pas en prendre un nouveau qui va continuer à polluer.  Pour sa PDG, l’électrification des flottes doit se faire à long terme.

«Aucun partenaire aujourd’hui n’est prêt à payer plus parce que l’on a acheté un camion électrique. Je pense que ça va venir avec les initiatives des villes et des gouvernements», a affirmé Andreea Crisan. «Il y a différentes étapes qui vont se faire avant que l’industrie soit 100% électrique. Il y a quelques gens qui apprennent à marcher avant de courir, mais c’est de longue durée.»

Luc Bourdeau est du même avis, notant l’importance de se tourner vers d’autres sortes de carburants afin de ne pas être trop restreint par les limites des véhicules électriques. Il a notamment mentionné le gaz naturel renouvelable comme carburant intéressant. «Il y a encore beaucoup d’embûches au niveau de l’électrification, ce qui nous amène à réfléchir à ce que l’on peut faire en attendant», souligne-t-il. «On veut faire une transition énergétique, mais on ne sera pas capable de passer du jour au lendemain à l’électricité. On devra prendre une technologie un peu hybride entre les deux.»

Innovation en gestion

Les quatre spécialistes ont partagé les dernières innovations de leur industrie. Si elles tournaient surtout autour de la technologie et de l’automatisation, Andreea Crisan a préféré mentionner de nouvelles idées autour de la gestion des transports.

La PDG a en effet affirmé au début de la discussion que le principal problème de l’industrie du camionnage ces derniers temps, c’est qu’il y a trop de camions pour le niveau de marchandises actuel au Québec, ce qui influe sur les tarifs de transport et peut même amener de petites et moyennes flottes vers la faillite. Une bonne organisation des voyages est donc primordiale et Andy Transport se penche sur des façons d’aider.

Andreea Crisan a aussi parlé du problème de places de stationnements qui ne sont pas assez nombreuses en Amérique du Nord. Andy Transport compense avec la présence de terminaux dans la région.

«Pour nous, c’est une bonne stratégie d’avoir plusieurs terminaux, même sur un territoire restreint, car ça nous permet d’attirer des conducteurs et de mieux planifier la répartition des travailleurs. En ce moment, on est en train de prendre un pas encore plus en avant, de regarder quels conducteurs habitent où et dans quelles divisions ils pourraient travailler», a-t-elle indiqué.

«On travaille surtout au niveau des coûts, car ça nous donne beaucoup de pression, mais la logistique est aussi importante. C’est aussi comme ça que l’on peut réduire nos émissions de gaz à effet de serre.»

Mme Crisan aussi confié que l’entreprise commence à travailler sur un moyen de mieux gérer le carburant, notamment en vérifiant les meilleurs endroits et moments pour faire un plein rentable.

Gérer la main-d’œuvre

La pénurie de main-d’œuvre qui touche les différents secteurs de la logistique est un autre enjeu important qui a été abordé lors de la discussion. Cependant, Andy Transport semble avoir la situation bien en main.

«Du côté des chauffeurs, il n’y a presque pas de roulement. Ce n’était pas nécessairement le cas pendant la Covid. Mais on est dans un bas de cycle, donc ils n’ont pas vraiment de place où aller», explique Andreea Crisan. L’entreprise se prépare aussi à la reprise du marché, notamment en misant sur la formation de nouveaux conducteurs.

«Côté main-d’œuvre, on s’arrange, mais redemandez-le-moi dans deux mois, on verra c’est quoi ma réponse», a-t-elle ajouté.

Rodney Corrigan a aussi souligné l’importance des relations de travail et comment elles peuvent perturber la chaîne d’approvisionnement, donnant l’exemple de la grève au Port de Vancouver qui a coûté des milliards à l’économie du pays.

Le futur

En conclusion, les panélistes ont partagé leurs attentes quant au futur de leur industrie.

Andreea Crisan entrevoit des temps encore incertains pour les transporteurs.

«Nous, ce que l’on voit, c’est que 2024 est encore une année difficile pour les transporteurs en ce qui concerne les risques financiers.»

Elle lance quand même quelques pistes de solutions, notamment sa stratégie de formation pour la reprise du marché ainsi que de possibles acquisitions.

«Côté opportunités, s’il y a des entreprises qui vont moins bien, ça nous donne la chance de faire des acquisitions. On a une équipe qui travaille sur ça en interne et en externe.»

La PDG a annoncé qu’une acquisition était en cours de développement.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*