Systèmes vidéo pour camions : mettez l’accent sur les besoins spécifiques de votre flotte

John Smith

Depuis des années, les caméras embarquées enregistrent les accidents évités de justesse. Mais la dernière génération de systèmes télématiques basés sur la vidéo offre des informations plus approfondies sur les actions des camionneurs, offrant à la fois des possibilités d’accompagnement professionnel et de gestion des risques.

«Il n’existe pas de solution vidéo unique pour tout le monde, et si c’était le cas, elle serait très coûteuse», de dire Colin Sutherland, vice-président exécutif – ventes et marketing de Geotab. «Choisissez la technologie vidéo qui convient à l’application dont vous avez besoin.»

Colin Sutherland, vice-président exécutif – ventes et marketing de Geotab (capture d’écran)

Les données ne doivent pas non plus se limiter aux enregistrements vidéo qui montrent ce qui s’est passé lors d’une collision.

«Certaines personnes veulent une caméra orientée vers l’intérieur à des fins de formation du chauffeur, et sont à l’affut des cas de distraction au volant», a-t-il expliqué lors d’un événement en ligne intitulé Geotab Extend.

«Certains systèmes, encore plus avancés, font appel à l’intelligence artificielle ou à la reconnaissance faciale pour savoir qui conduit le véhicule et former le chauffeur, de manière proactive et en temps réel, sur la distraction au volant.»

La vidéo en tant que capteur

Peut-être que les caméras n’ont pas besoin d’enregistrer la vidéo du tout.

Des syndicats qui s’opposent aux caméras orientées vers le chauffeur pourraient accepter plus facilement des systèmes qui utilisent simplement l’objectif – et une couche d’intelligence artificielle – pour déclencher des avertissements dans la cabine si les chauffeurs utilisent un téléphone cellulaire au volant, selon Chris Steineke, vice-président des ventes chez Surfsight.    

Si la flotte dessert une installation gouvernementale qui interdit les caméras vidéo tournées vers l’extérieur, il peut être judicieux de donner aux chauffeurs la possibilité d’éteindre les caméras.

L’acceptation des chauffeurs

De nombreux camionneurs semblent plus réceptifs aux enregistrements vidéo qu’ils ne l’étaient dans le passé.

«De manière générale, pensez aux caméras dans votre vie en ce moment», explique M. Steineke. «Nous avons des applications comme Snapchat, Instagram, Zoom… Cela nous oblige tous à être beaucoup plus à l’aise avec les caméras et la vidéo en général.»

Aussi précieuses que puissent être les informations vidéo, Adam Kahn, président – flottes commerciales chez Netradyne, estime que les flottes devraient s’attarder aux images positives comme elles s’attardent aux événements négatifs.

«Si vous voulez pointer vos chauffeurs du doigt, nous vous suggérons de lever le pouce», a-t-il dit.

Plus de données, plus de contexte

Cela pourrait nécessiter un changement de mentalité. La plupart des systèmes de surveillance de la sécurité développés au cours des deux dernières décennies sont utilisés pour identifier les pires chauffeurs, explique M. Kahn. Pour obtenir un portrait fidèle de la «bonne» conduite, il faut disposer d’ensembles de données plus importants.

Les systèmes vidéo existants s’attardent aux 10 secondes suivant un freinage brusque ou un autre événement déclencheur, alors que la plupart des chauffeurs sont au volant 400 à 500 minutes par jour, ajoute-t-il.

D’autres données pourraient être nécessaires pour fournir un certain contexte aux événements déclenchés. Un système de télématique peut montrer qu’un chauffeur a commis plus d’infractions aux panneaux d’arrêt qu’un autre chauffeur, mais une flotte qui examine un vaste éventail de données peut constater que celui qui a commis plus d’infractions fait face à un nombre nettement plus élevé de panneaux d’arrêt chaque mois.

Même les données vidéo nécessitent un contexte supplémentaire, selon Adam Kahn, président – flottes commerciales chez Netradyne (capture d’écran)

«C’est le contexte qui compte. L’ensemble de l’expérience de conduite est important. Cela évite de pointer du doigt», explique M. Kahn.

Même si un chauffeur est responsable de quatre freinages brusques, il serait peut-être préférable de commencer à le complimenter pour les deux clips vidéo qui ont été enregistrés après que des piétons se soient placés sur la trajectoire du camion. Ou, avant d’aborder des questions de conformité, dites-lui «bon travail» puisqu’il a une conduite exemplaire 92 % du temps.

Accompagnement professionnel automatisé

Certaines actions correctives pourraient même ne pas impliquer directement les gestionnaires de flotte.

«Tout type d’accompagnement professionnel automatisé accélère certainement la culture de la sécurité et les performances en matière de sécurité», affirme M. Kahn.

Lorsque la vidéo a une histoire positive à raconter, elle peut également mériter un auditoire plus large. Le président de Netradyne insiste sur l’importance de faire des éloges devant les autres employés, même si cela implique d’offrir un simple cadeau comme un chandail en coton molletonné.

Ces rétroactions positives pourraient être plus précieuses que jamais.

«Le délai a définitivement été réduit en ce qui concerne la fréquence à laquelle les employés aiment être reconnus», conclut-il. «Le manque de reconnaissance des employés est la principale raison pour laquelle les gens – employés, chauffeurs – quittent leur emploi.»

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*