Toyota et Kenworth déploient des piles à combustible dans les ports californiens

Avatar

La plus récente technologie électrique-pile à combustible de Toyota alimente présentement deux prototypes Kenworth de classe 8 qui seront utilisés dans des ports du sud de la Californie.

Les deux premiers camions lourds électriques à pile à combustible de classe 8 fabriqués dans le cadre du projet ZANZEFF (Zero and Near Zero Emissions Freight Forwarding), parrainé par l’État de la Californie, seront confiés à Toyota Logistics Services et Southern Counties Express.

Chaque entreprise recevra un camion Kenworth T680 de classe 8 équipé d’un groupe motopropulseur électrique à pile à combustible Toyota. Ces deux camions zéro émission seront utilisés dans les ports de Los Angeles et de Long Beach.

(photo : Toyota)

Toyota et Kenworth collaborent sur la technologie des piles à hydrogène depuis 2017, en intégrant des piles à hydrogène Toyota dans des châssis de camion Kenworth T680. Selon le fabricant japonais, ces camions T680 font appel à une version améliorée du nouveau groupe motopropulseur à pile à combustible à hydrogène de la berline Toyota Mirai 2021, qui sera commercialisée ce mois-ci.

Grâce à cette technologie, les ingénieurs de Toyota Motor North America Research and Development ont mis au point un ensemble de prototypes de camions destinés à la production, qui sont en cours de préparation pour effectuer des activités de factage dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, afin de valider leurs performances, leur efficacité et leur maniabilité.

Toyota indique que les nouveaux camions ont été conçus avec suffisamment de flexibilité pour répondre aux besoins d’une grande variété de fabricants d’équipement. Parmi les améliorations récentes, soulignons un compartiment de stockage d’hydrogène plus compact derrière la cabine, qui abrite six réservoirs d’hydrogène de même capacité que les prototypes précédents, tandis qu’une nouvelle batterie lithium-ion plus puissante contribue à lisser le flux d’énergie vers les moteurs électriques.

Dans cette configuration, le système de pile à combustible de deuxième génération offre une autonomie de plus de 475 km avec un poids de chargement pouvant atteindre 80 000 livres, tout en offrant une maniabilité exceptionnelle, un fonctionnement silencieux et en n’émettant aucune émission nocive, selon Toyota.

«C’est une étape importante dans la transition vers des camions lourds sans émissions», a déclaré Andrew Lund, ingénieur en chef de Toyota Motor North America Research and Development. «Nos premiers prototypes de camions ont prouvé qu’un groupe motopropulseur électrique à pile à combustible était capable de transporter de lourdes charges sur une base quotidienne. Ces nouveaux prototypes font non seulement appel à du matériel destiné à la production, ils nous permettront également de commencer à regarder au-delà du factage et d’envisager des utilisations plus vastes pour cette technologie éprouvée.»

Huit autres camions seront livrés en 2021 dans le cadre du programme ZANZEFF. Trois des huit camions iront à United Parcel Service pour ses activités portuaires, tandis que deux des huit camions iront à Total Transportation Services, un autre opérateur portuaire de premier plan. Toyota Logistics Services recevra également trois camions supplémentaires.

Le développement du Kenworth T680 FCEV s’inscrit dans le cadre d’une subvention de 41 millions de dollars accordée par le California Air Resources Board au projet ZANZEFF.

«La réduction de la pollution atmosphérique dans les ports de L.A. et de Long Beach est un moteur important de ce programme», a déclaré Toyota, soulignant que son initiative Environmental Challenge 2050 vise à éliminer «presque complètement les émissions de CO2 de nos véhicules, de nos activités et de notre chaîne d’approvisionnement d’ici 2050. La conversion des camions de factage qui desservent actuellement ces ports en camions électriques nous permettrait de nous rapprocher de cet objectif tout en améliorant la qualité de vie des utilisateurs, des travailleurs et des communautés à l’intérieur et à proximité des ports.»

  • Cet article est paru à l’origine sur le site truckinginfo.com et est reproduit en vertu d’un accord de partage éditorial entre les magazines Transport Routier et Heavy Duty Trucking.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*