Transport Guilbault raconte ses 90 ans

0

Pour le 90e anniversaire de ce fleuron de l’industrie du camionnage qu’est Transport Guilbault, celui qui en a été le président pendant plus de 40 ans, Jean Guilbault, a fouillé dans les archives et dans sa mémoire pour offrir un livre qui raconte non seulement l’histoire de son entreprise, mais aussi celle du camionnage québécois du dernier siècle.

Il s’agit à la fois d’un remerciement et d’un hommage de M. Guilbault à tous les employés qui ont contribué à faire de l’entreprise ce qu’elle est aujourd’hui, d’un cadeau «de notre famille à la vôtre», peut-on lire au tout début des 170 pages de Transport Guilbault se raconte.

La préface est signée par Louis Vachon, président de la Banque Nationale. «On sait tous que l’entreprenariat au Québec est essentiel : essentiel à notre développement économique, mais aussi à notre pérennité culturelle et linguistique», écrit-il. «C’est pour cela qu’il faut souligner les belles histoires comme le Groupe Guilbault, d’autant plus que celui-ci a réalisé trois passations d’une génération à l’autre, ce qui n’est pas peu dire.»

Sur sept chapitres, l’ouvrage de Jean Guilbault, rédigé en collaboration avec l’historienne Catherine Ferland, refait l’histoire de l’entreprise fondée par son oncle Paul à Grondines, en 1929, en pleine Crise économique. Inévitablement, il nous replonge dans les grandes étapes du transport routier de marchandises au Québec, notamment la déréglementation, le plus grand virage dans l’histoire de l’industrie.

Un chapitre aborde le développement de l’entreprise sous la direction d’André Guilbault, frère de Paul, dans les années 1960 et 1970, et son développement dans le contexte réglementé des années 1970 et 1980, époque particulièrement effervescente pour Guilbault en matière de consolidation et d’acquisitions.

Le président actuel de Guilbault, Éric Gignac, a mis l’épaule à la roue pour documenter les chapitres couvrant la dernière décennie, caractérisée par la préparation de la relève et l’arrivée de la nouvelle génération à la direction.

L’ouvrage est abondamment illustré et les photos d’archives sont captivantes. Jean Guilbault n’avais jamais vue celle qui fait l’objet de la page couverture, montrant son père André au volant du deuxième camion de l’histoire de la compagnie, un General Motors dont le lettrage annonce fièrement la spécialité : «charroyage général».

On remarque une attention digne de la famille Guilbault et qui reflète bien ses valeurs fondamentales : la liste des 1 100 employés actuels.

«J’ai fait ce livre pour les employés, pour l’histoire et pour les générations à venir», de dire Jean Guilbault.

«Ce livre a été fait prioritairement pour nos employés», termine Éric Gignac. «Une compagnie de transport, c’est basé sur des humains. Si on n’a personne dans les camions, dans les ateliers et dans les bureaux, la compagnie n’existe pas. Oui nous voulions des photos de camions, mais nous voulions surtout voir des photos de nos gens.»

D’ailleurs, chacun des employés s’est vu remettre un exemplaire de Transport Guilbault se raconte.

Partager.

Laisser une réponse