Travailleur étranger : une solution? Oui mais…

0

L’industrie du transport est depuis quelques années confrontée au manque de main-d’œuvre qualifiée. Nous parlons ici des mécaniciens et conducteurs de véhicules lourds, reconnus comme des métiers en pénurie par l’industrie, mais aussi des livreurs, soudeurs, grutiers et autres. C’est un phénomène qui malheureusement perdure dans l’industrie et qui limite de surcroît la croissance de notre économie.

Recourir aux travailleurs étrangers est une nouvelle réalité pour de plus en plus d’entrepreneurs du Canada. La rareté de certaines expertises, l’internationalisation des marchés et la mobilité de la main-d’œuvre expliquent ce phénomène en croissance au Canada. Le recrutement de travailleurs étrangers peut se révéler une solution appropriée pour répondre à certaines pénuries de main-d’œuvre.

Il s’agit néanmoins d’un processus complexe et exigeant, autant pour l’entreprise que pour les personnes qu’elle désire embaucher. L’entreprise doit entreprendre différentes démarches auprès des instances gouvernementales; il est possible qu’elle ait besoin de démontrer le manque de main-d’œuvre avec une Étude d’impact sur le marché du travail (EIMT) avant d’embaucher des travailleurs étrangers. Lors de l’Étude d’impact, l’employeur devra démontrer qu’il a fait le nécessaire pour combler le poste par un travailleur canadien ou résident permanent avant l’embauche de travailleurs étrangers.

Plusieurs font appel à un consultant en immigration, un avocat spécialisé ou une agence dans le processus. Il est important de bien choisir son représentant en immigration, car malheureusement, certains profitent de la situation au détriment des salariés et de l’entreprise, ce qui peut placer l’entreprise dans une situation à risque.

Vous désirez recruter des travailleurs étrangers? Demandez des recommandations et posez un maximum de questions sur le processus avant, durant et après le dépôt d’une demande. Certains représentants peuvent aller jusqu’à inscrire de faux renseignements dans la demande. Renseignez-vous sur le nombre d’années d’expérience qu’ils ont dans le domaine de l’immigration, les services proposés et le contrat clairement défini selon les critères de l’immigration.

Les candidats doivent avoir les mêmes conditions de travail et avantages que les salariés réguliers déjà en fonction. À tout moment, l’entreprise peut faire l’objet d’une inspection menée par un agent de Service Canada. Cette inspection aura pour objectif de vérifier si l’entreprise respecte toutes les conditions prévues lorsque le travailleur est embauché.

À la suite de l’inspection, si l’agent constate que l’entreprise est en situation de non-conformité, elle sera avisée par une lettre indiquant la nature des violations et des sanctions qui en découlent : avertissement, sanctions pécuniaires, bannissement du programme, etc. Cela peut même entraîner la révocation du permis de travail délivré précédemment.

Il est important de savoir que tous les frais facturés à l’entreprise par un consultant ne peuvent et ne doivent pas être remboursés d’aucune façon par le travailleur étranger.

Pour plus de détails, visitez le site du Gouvernement du Canada Immigration et citoyenneté au www.cic.gc.ca.

Partager.

Laisser une réponse