Traverser la pandémie quand on est petit

Maxime Primeau, de Saint-Constant, possède et exploite sept camions à benne basculante qui sillonnent le Québec, l’Ontario et les États-Unis. Six d’entre eux sont assignés au transport de grains pour un client régulier, qui fait appel à ses services tout au long de l’année. Il s’agit bien sûr d’un service essentiel et Maxime confirme que la demande est toujours là, malgré la situation causée par la pandémie de Covid-19.

«Le problème, c’est que des clients commencent à fermer aux États-Unis, même s’ils offrent des services essentiels», explique Maxime, ajoutant qu’il a de plus en plus de difficulté à trouver des chargements pour ses voyages de retour. «Tout marche au ralenti et on voit que la demande commence à baisser depuis la semaine passée. On fait plus de millage à vide et, des fois, les camions sont carrément vides au retour.»

Un autre problème pour les transporteurs, selon le jeune entrepreneur de 38 ans, c’est que plusieurs clients ont fait des réserves en prévision d’une éventuelle pénurie. «Quand ça va repartir, certains n’auront pas besoin de commander du stock parce qu’ils vont rouler avec ce qu’ils ont accumulé», poursuit-il. «Ça risque d’être difficile pour certains transporteurs. On y va une semaine à la fois.»

Si la situation continue de se détériorer, Maxime devra peut-être remiser un ou plusieurs camions. Mais il apprécie ses chauffeurs et souhaite, autant que possible, ne pas les mettre au chômage. Pour l’instant, ils touchent le même salaire et c’est leur donneur d’ouvrage qui absorbe les pertes.

Maxime Primeau

Pour faire face à la crise, de plus en plus d’entreprises vont changer de vocation, du moins temporairement. Si les produits à transporter ne sont plus les mêmes, les transporteurs pourraient devoir adapter ou substituer leur matériel roulant. Pour Maxime, cela signifie qu’il devra peut-être mettre la main sur des remorques fourgons pour remplacer ses bennes basculantes. «On a une bonne réputation et on veut continuer de servir nos clients comme avant, alors on va devoir acheter d’autres équipements si c’est nécessaire», de dire Maxime, en lien avec les différentes exigences qu’impliquent, par exemple, le transport de grains et le transport de masques médicaux. «Mais c’est ça être en business, on doit s’adapter. Au besoin, je pourrais toujours trouver d’autres contrats.»

En ce qui concerne la récente annonce du gouvernement Legault, comme quoi la fermeture des entreprises et commerces non essentiels sera prolongée pour une période supplémentaire d’au moins trois semaines, Maxime reste perplexe. «Peut-être qu’ils le savaient déjà mais qu’ils ont décidé d’attendre avant de de l’annoncer, pour éviter la panique», dit-il. «Ça fait mal à beaucoup de commerces. Les gens travaillent moins mais avec les mêmes dépenses fixes. C’est sûr que le gouvernement fait des bonnes choses et si tu n’as pas droit aux 2 000 $, tu peux recevoir des prêts mais il faut les rembourser après. Beaucoup de compagnies ne vont pas s’en remettre.»

Malgré tout, il reste positif et croit que la situation actuelle obligera les gens à être créatifs et à sortir des sentiers battus. «Des grandes entreprise et des grandes idées sont créées en temps de crise», conclut-il. «Si t’es capable de t’en sortir quand ça va mal, les choses vont bien aller quand ça va bien.»

Le monde est sur pause

Maxime Paré, 34 ans, a cinq bennes basculantes à son service. Normalement, à ce temps-ci de l’année, les cinq camions roulent sans relâche, alimentant les usines d’asphalte et de béton dans la région de Lévis. «Au mois de janvier et février, on fait l’entretien des camions», explique-t-il. «On met beaucoup d’argent pour prévenir les bris pendant la période d’ouvrage et éviter la perte de revenus.»

Maxime Paré et sa conjointe Geneviève.

Puisque les camions sont arrêtés pendant deux mois, Maxime est impatient de les mettre sur la route lorsque le printemps arrive, pour commencer à remplir les coffres. Mais cette année, en raison des mesures prises pour freiner la pandémie de Covid-19, rien de bouge. Le monde est sur pause. Par contre, Maxime doit continuer de faire ses paiements, notamment pour les pièces et la main-d’œuvre. «Cette crise est dure pour nous», admet-il. «On espère qu’elle ne durera pas trop longtemps sinon on va avoir de sérieux problèmes.»

Steve Bouchard écrit sur le camionnage depuis plus de 20 ans, ce qui en fait de loin le journaliste le plus expérimenté dans le domaine au Québec. Steve est le rédacteur en chef de l’influent magazine Transport Routier, publié par Newcom Média Québec, depuis sa création en 2000. Il est aussi le rédacteur en chef du site web transportroutier.ca, il agit comme rédacteur conseil du magazine L’automobile et il contribue aux magazines Today’s Trucking et Truck News.

Steve rédige aussi le bulletin électronique de Transport Routier, Les nouveautés du routier, et il participe à l’élaboration des stratégies de communication pour le salon ExpoCam de Montréal, propriété de Newcom.

Steve est détenteur d’un permis de conduire de classe 1 depuis 2004 et il est le seul journaliste de camionnage au Québec à avoir gagné des prix Kenneth R. Wilson de la Presse spécialisée du Canada, l’or et l’argent deux fois chacun.

Steve a occupé la présidence et la présidence du Conseil du Club des professionnels du transport du Québec et il représente les médias au comité des fournisseurs de l’Association du camionnage du Québec. En 2011, il a reçu le prestigieux prix «Amélioration de l’image de l’industrie» remis par l’Association du camionnage du Québec.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*