Truquage des systèmes d’émission: l’Ontario pourra saisir les plaques des autres provinces

0

En plus des amendes qu’ils risquent au Québec, les camionneurs qui ont trafiqué leur système d’émission pourraient se faire saisir leurs plaques en Ontario, peu importe où leur camion est immatriculé.

Cela est dû aux changements apportés par le ministère de l’Environnement, de la Protection de la nature et des Parcs de l’Ontario, qui renforce ses pouvoirs en matière d’application de la loi avec une mise à jour législative. Les modifications visent à réprimer les camions dont le système de contrôle des émissions est désactivé ou modifié.

Auparavant, les agents ne pouvaient saisir que les plaques et les permis des camions immatriculés en Ontario.

D’autres modifications permettent d’émettre des amendes plus lourdes, et des démarches sont en cours en vue d’augmenter les capacités d’exécution contre les fournisseurs et les installateurs de kits de suppression en Ontario.

«Ces changements témoignent d’un véritable engagement du gouvernement provincial à assainir l’air et à créer des conditions égales pour toutes les entreprises de camionnage actives en Ontario», a déclaré Stephen Laskowski, président de l’Ontario Trucking Association. «Ces modifications constituent une excellente première étape et contribueront à garantir que tous les transporteurs qui modifient leurs systèmes d’émission et polluent dans notre province seront tenus responsables de leurs actes.»

Le Québec à l’affût avec des amendes salées

Le président-directeur général de l’Association du camionnage du Québec, Marc Cadieux, croit lui aussi que les délinquants devraient subir des conséquences. « Les marges de profit sont très minces dans cette industrie et le fait de savoir que des gens déjouent le système et évitent des frais d’entretien en d’opération par tricherie est une source d’irritation. En tant qu’industrie, nous sommes préoccupés par toute forme de concurrence déloyale », déclarait-il récemment dans le cadre d’un reportage consacré à cette problématique.

Au Québec en ce moment, l’altération de systèmes antipollution peut générer des amendes allant de 1 000 $ à 100 000 $ pour un individu, ces sommes pouvant atteindre 600 000 $ lorsque c’est une entreprise qui est en cause

Partager.

Laisser une réponse