Un deuxième trimestre catastrophique pour la vente de camions en Chine

On pensait s’en être débarrassé, mais il semble que le virus du COVID-19 est loin d’avoir dit son dernier mot. C’est le cas de la Chine qui, au second trimestre, a vu son économie s’effondrer des suites d’une résurgence d’infections.

Des mesures d’atténuation de la COVID-19 sont donc responsables d’une chute de 74% des ventes de camions lourds. Dans la catégorie des camions moyens, la chute est de 59%. Ce sont les tracteurs, donc l’agriculture, qui se sont le moins bien vendus avec un recul de 80% des ventes.

Économie chinoise en rétractation due au effets du COVID-19. Photo : Volvo Trucks.

« La pandémie et les fermetures correspondantes ont secoué le marché des transports au deuxième trimestre, » dit Bailey Schnur de ACT Research dans son plus récent rapport trimestriel traitant de l’économie chinoise, China Commercial Vehicle Outlook Act.

Maintenant que les restrictions ont été levées, les Chinois ont pu recommencer à consommer plus librement. Les activités du fret devraient considérablement s’améliorer, confirme le rapport. Les politiques mises en place pour décongestionner la logistique, entrées en vigueur vers la fin du second trimestre, ont facilité la circulation des marchandises.

Ce déblocage devrait notamment aider les échanges avec la Russie. Déjà nombreux, ces échanges sont stimulés par un nouveau pont routier, inauguré en juin dernier, qui passe par-dessus le fleuve Amour entre les villes de Heihe (Chine) et Blagovechtchensk (Russie) à l’extrême ouest du continent.

Rédacteur professionnel depuis plus de 15 ans, Christian possède une expérience considérable à titre de journaliste spécialisé en transport, notamment à titre de directeur de la rédaction de L'Écho du transport, magazine aujourd'hui disparu, et de Transport durable magazine.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*