Une autonomie accrue pour le tracteur électrique VNR 300 de Volvo

En ce petit matin gris et pluvieux d’avril, Newcom Media présente, pour la première fois depuis 2018, le salon national du camionnage, Truck World, à Toronto. Annulé en 2020 pour cause de COVID, l’événement, qui s’est déroulé du 21 au 23 avril dernier, a accueilli tout le gratin du camionnage canadien.

Et c’est Volvo qui a eu l’honneur de lancer les activités jeudi matin en présentant une version bonifiée de son tracteur routier 2022 VNRE 42T 300 électrique. Passée à un maximum de 460km, soit une bonification de 85% par rapport à la version précédente, l’autonomie de ce tracteur vient avec tout un écosystème électrique dont l’objectif est de soutenir son réseau de clients et de concessionnaires à travers tout le Canada et les États-Unis.

Cet écosystème, qui intègre cinq étapes, comprend une infrastructure de recharge à 250kWh, les camions électriques, des simulteurs de route afin de faire converger les besoins du client avec les bonnes applications, la formation et l’entretien ainsi que les services financiers.

Les configurations proposées, au nombre de cinq, offrent un éventail très large de possibilités pour le client.

Un tracteur 4×2 avec un poids combiné brut (GVW) de 66 000 lb et un ensemble de quatre batteries; un de 6×2 offrant un ensemble de quatre ou six batteries et un poids combiné brut de 82 000 lb; un 6×4 avec un poids combiné brut de 82 000 lb et un choix de quatre ou six batteries; un camion porteur 4×2 équipé de quatre batteries et offrant un poids combiné brut de 33 000 lb; enfin, le camion porteur 6×4 monté de quatre batteries et possédant un poids combiné brut de 54 000 lb.

Volvo a également profité du plus gros événement au Canada en camionnage pour annoncer certaines cibles pour les prochaines années. D’ici la fin de 2022, 50% des concessionnaires au pays devraient obtenir ou être en voie d’être certifiés « concessionnaires électriques. »

En 2030, le manufacturier a aussi l’ambition de mettre sur le marché un véhicule à hydrogène (ou piles à combustion) et réduire, à la hauteur de 50%, ses émissions de CO2. En 2040, on veut complètement les éliminer pour attteindre, en 2050, la cible du zéro émission.

Prenant racine dans son projet L.I.G.H.T.S (Low Impact Green Heavy Transport Solutions) en Californie, lequel permet d’investir, depuis 2019, plusieurs milliards de dollars US via le California Climate Investments afin de trouver des solutions viables et permanentes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES), Volvo vise rien de moins que d’étendre sa vision au monde entier.

Car avec plus de 5 000 autobus et camions électriques Volvo en circulation présentement dans le monde, le terrain à conquérir demeure encore vierge.

Rédacteur professionnel depuis plus de 15 ans, Christian possède une expérience considérable à titre de journaliste spécialisé en transport, notamment à titre de directeur de la rédaction de L'Écho du transport, magazine aujourd'hui disparu, et de Transport durable magazine.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*