Vos superviseurs responsables du roulement de personnel?

0

Le roulement de personnel est une plaie dans l’industrie du camionnage, où il n’est pas rare de le voir flirter avec la barre des 100%. Dans un contexte de pénurie aigue de chauffeurs, cela représente des dépenses de dizaines de milliers de dollars pour les entreprises de transport par camion qui doivent recruter et former ces nouveaux employés.

Pourtant, une nouvelle étude de Robert Half, une firme internationale de recrutement de personnel, suggère que ce sont peut-être de mauvais directeurs, et non de mauvaises entreprises, que quittent les employés.

Environ deux personnes interrogées sur cinq (39 %) au Canada ont quitté un emploi en raison d’un mauvais patron.

« Les gestionnaires de personnel donnent le ton au travail et ont beaucoup d’influence sur l’expérience et la satisfaction de leurs employés, pour le meilleur et pour le pire », a expliqué David King, directeur principal de district chez Robert Half. « Lorsqu’un superviseur est vraiment enthousiasmé par des projets ou de nouvelles initiatives et communique constamment et avec ouverture au travail, les employés sont plus motivés et sentent qu’ils ont plus de soutien au moment de surmonter leurs défis au quotidien. »

« La reconnaissance des employés est également un excellent facteur de motivation. Plus les employés se sentent valorisés, plus ils sont susceptibles de rester », a ajouté M. King. « Même de petits gestes, comme des commentaires réguliers ou des remerciements pour un travail bien fait, font en sorte que les employés peuvent constater leur apport à l’entreprise et montrent que vous vous intéressez activement à leur croissance professionnelle et à leur réussite. »

Voici quelques raisons pour lesquelles les mauvais patrons incitent les employés à quitter leur entreprise :

  • Il est généralement difficile de communiquer avec un mauvais patron. Pour mener à terme leurs projets, les employés ont souvent besoin que leurs leaders leur donnent rapidement des commentaires ou prennent des décisions sans tarder. S’ils ne sont pas en mesure d’obtenir une réponse en temps opportun, ils sont plus susceptibles d’être sans cesse frustrés et pourraient un jour aller voir si l’herbe est plus verte chez le voisin.
  • Un mauvais patron micro-gère toujours. Les patrons qui exigent d’être mis au fait de tous les développements et donnent des directives trop détaillées sur la façon de travailler peuvent décourager leurs employés. Une telle approche montre aussi aux travailleurs que vous ne croyez pas qu’ils sont capables de prendre de bonnes décisions. Les gestionnaires qui ont confiance en leurs employés et leur donnent l’espace nécessaire pour travailler ont souvent un meilleur taux de fidélisation du personnel.
  • Un mauvais patron laisse les autres s’occuper de la gestion. Les gestionnaires qui donnent des directives vagues ou laissent toujours les autres prendre les décisions difficiles sont aussi une raison pour laquelle de bons employés quittent des entreprises. Les employés veulent que leur supérieur soit un leader et leur offre une nouvelle perspective, et non pas seulement une personne qui s’enferme dans un bureau.
Partager.

Laisser une réponse