Wiptec-Drakkar investit 150 millions $ dans un pôle logistique de commerce électronique à Longueuil

0

Les entreprises sœurs Wiptec et Drakkar ont profité du forum sur le transport et le commerce électronique organisé par CargoM il y a quelques jours pour faire le point sur leur projet de centre de préparation de commandes de commerce électronique d’un million de pieds carrés à Longueuil. L’esquisse architecturale ci-dessous donne un aperçu des installations, lorsqu’elles seront terminées.

Les travaux de construction doivent débuter au printemps de 2020 et l’ouverture officielle est prévue pour janvier 2021. Environ 1000 personnes y travailleront.

Dans sa présentation faite dans le cadre de l’événement de CargoM, Michel Girard, vice-président – stratégie et développement corporatif chez Drakkar Logistique, citait le World Economic Forum qui, en 2018, prédisait : « Les ventes en ligne pourraient représenter 40% des ventes au détail en 2027 ».

Déjà en mai dernier, Wiptec et Drakkar prenaient mutuellement une prise de participation de leur capital-actions afin de mettre en commun leurs expertises respectives en préparation de commandes de commerce électronique et de gestion des mouvements logistiques.

En entrevue à Transport Routier, M. Girard explique que le centre n’aura rien de conventionnel. « Ce ne sera pas un entrepôt, ce sera vraiment une fourmilière avec des gens qui préparent des commandes », dit-il.

Le marché a dicté cet investissement stratégique. « Le commerce électronique croît d’environ 15% par année », rappelle M. Girard. Et la région du Grand Montréal état tout indiquée pour accueillir des installations en mesure de répondre à cette demande, ajoute-t-il.

« Si on prend les grandes métropoles nord-américaines, il y a toujours de grands joueurs qui sont installés avec de gros centres de commandes, qui sont capables de prendre du volume avec des clients qui veulent faire du e-com ou du B2B et expédier des commandes, mais à Montréal ça n’existe pas », constate M. Girard. Le groupe a ainsi décidé de répliquer le modèle du centre de commandes Wiptec de Sherbrooke, d’une superficie de 400 000 pieds carrés.

Questionné à savoir quel impact ce centre pourrait avoir sur les entreprises de camionnage du Grand Montréal et lesquelles seraient les plus susceptibles de bénéficier des arrivées et départs de marchandise commandée en ligne, M. Girard déclare : « Tout le monde va être là. Postes Canada, UPS, Purolator, Intelcom et tous les autres seront là. Dans certains cas, les clients nous prescrivent leur transporteur. »

Drakkar elle-même n’envisage pas de prendre charge des livraisons de type dernier kilomètre, si ce n’est peut-être par le biais de certaines activités de courtage. « Dans certains cas, les clients pourraient nous mandater pour importer la marchandise et gérer tous le transport inbound », précise M. Girard, ajoutant que les clients garderont néanmoins toujours le dernier mot sur le choix des transporteurs utilisés.

Selon lui, la santé du commerce électronique et celle du transport par camion sont intimement liées. « Dans la mesure où le commerce électronique continue de croître, effectivement les livraisons de dernier kilomètre devraient croître en conséquence », analyse-t-il.

Partager.

Laisser une réponse