Carbure de silicium pour optimiser les batteries de véhicules électriques : Volvo lève la main

0

Il reste encore plusieurs défis à relever pour que les camions électriques se multiplient sur nos routes et l’un de ceux-ci est leur rayon d’action.

Le poids des batteries joue bien sûr un rôle crucial puisqu’il a une incidence directe sur la charge utile pouvant être transportée en plus de la distance pouvant être parcourue. Le temps de recharge des batteries et la chaleur qu’elles génèrent représentent aussi des freins à la productivité des camions électriques dans certaines applications.

Des chercheurs d’horizons divers – Delphi et Dana TM4 notamment – croient que l’utilisation de carbure de silicium dans les semi-conducteurs – plutôt que du silicium simple – permettrait d’accroître l’autonomie des véhicules électriques, en plus d’en réduire le temps de recharge comme nous en avons fait part à nos lecteurs il y a quelques semaines.

L’idée a continué de faire son chemin et est réapparue dans notre cour, à Saint-Eustache et à Saint-François-du-Lac plus précisément, où la filiale Nova Bus du Groupe Volvo a deux usines et emploie plus de 1000 personnes. Nova a récemment lancé un nouveau modèle de bus urbain qui fait justement appel au carbure de silicium « pour améliorer la gestion thermique » du groupe propulseur de BAE Systems, une multinationale connue pour ses réalisations dans les secteurs de la défense et de l’aérospatiale.

Nova Bus fait partie du Groupe Volvo, tout comme Mack dont on aperçoit un système de recharge sur notre photo d’ouverture.

C’est bien beau tout ça, mais on parle d’autobus, non? Eh bien non, pas seulement. Transport Routier a demandé à Volvo si la technologie utilisée par la filiale Nova Bus pourrait migrer vers les camions électriques de la marque.

Brett Pope, directeur des véhicules électriques chez Volvo Trucks North America, ne ferme pas la porte à ce scénario. « Avec des unités d’affaires diversifiées au sein du Groupe Volvo, nous pouvons explorer plusieurs technologies et avenues technologiques différentes permettant d’accroître l’efficacité des véhicules et d’en réduire les frais d’exploitation », dit-il.

La chaleur excessive nuit davantage aux batteries que le froid. Dans une entrevue parue récemment, Marc Bédard, président de la Compagnie Électrique Lion qui propose un camion de classe 8 100% électrique et 100% québécois, confiait que nos hivers étaient moins à craindre que les grandes chaleurs du sud des États-Unis. « Le froid ne fait pas peur à l’électrique. En fait, le froid va sauver la durée de vie de la batterie », disait-il.

Ce combat contre la chaleur passe-t-il par le carbure de silicium? Delphi, Dana TM4, BAE Systems et Volvo semblent croire que c’est possible. Ça commence à faire beaucoup de joueurs, et pas les moindres.

Partager.

Laisser une réponse