Contournement des postes de pesée : l’ACQ exerce son lobby sur Contrôle routier Québec – Plus de 1 000 $ d’économies par camion par an

0

Le téléphone sonne beaucoup ces jours-ci à l’Association du camionnage du Québec (ACQ), depuis que le ministère des Transports de l’Ontario (MTO) a annoncé un projet pilote par lequel des transporteurs de cette province et dont les camions y sont immatriculés pourront dès le 1er mars être exemptés de s’arrêter aux postes de pesée.

Plus souvent qu’autrement, ces appels à l’ACQ sont relayés au bureau du président-directeur général Marc Cadieux, les transporteurs du Québec tenant à savoir quand ceux d’entre eux qui ont une bonne cote de sécurité pourront bénéficier du même traitement que leurs homologues de la province voisine. « C’est certain qu’il y a des transporteurs qui m’en parlent parce qu’ils voient les avantages et les vertus d’une telle approche », indique M. Cadieux en entrevue à Transport Routier.

Les avantages du contournement des postes de pesée pour les transporteurs dont la conformité est reconnue sont en effet tangibles et quantifiables, évalués à plus de 1 000 $ par camion par an (voir ci-dessous).

Le contournement des postes de pesée représenterait des économies de plus de 1 000 $ par camion par an.

« Pourquoi le contournement est-il permis en Ontario (et en Alberta depuis plus longtemps encore) et pas au Québec? » est essentiellement la question que se pose l’industrie. C’est aussi celle que Marc Cadieux dit avoir posée à Guy Nadeau, vice-président de Contrôle routier Québec (CRQ). Ce dernier aurait assuré l’ACQ que des gens de CRQ sont en relation avec le MTO pour obtenir des clarifications quant à la nature de l’initiative et que le dossier est à l’étude.

Selon nos informations, il y a plus de cinq ans que la firme Drivewyze, qui fournit la plateforme technologique de contournement, est en pourparlers avec le gouvernement du Québec pour que les camions d’ici qui le méritent puissent contourner les postes de pesée de la province.

De son côté, l’ACQ dit ne pas lâcher le morceau. « Je pousse pour qu’on puisse être aussi avant-gardistes au Québec », nous dit le PDG de l’Association du camionnage du Québec. M. Cadieux ajoute qu’il a récemment rencontré le ministre québécois des Transports, François Bonnardel afin de discuter d’une plus grande harmonisation des règles de camionnage à travers le Canada.

Économies de plus de 1 000 $ par camion par an

En tenant compte de facteurs tels que les coûts d’exploitation d’un camion pour chaque minute passée au poste de pesée, des marges de profit d’une entreprise de camionnage et des coûts en carburant liés à la décélération puis à la ré-accélération d’un camion suite à un arrêt tels qu’estimés par l’American Transportation Research Institute (ATRI), il est évalué qu’un seul arrêt à un poste de pesée représente des frais de plus de 9,00 $ (US) pour un transporteur.

Un camion opéré à plein temps dans un contexte où le contournement des postes de pesée est permis bénéficie de 12 à 20 contournements par mois.

En demeurant conservateurs et en limitant ce nombre de contournements potentiels à 10 par mois (120 par an, multipliés par 9 $), cela signifie qu’une politique de contournement des postes de pesée peut faire épargner plus de 1 000 $ par an par camion à une compagnie de transport.

Sans compter les émissions polluantes en moins et les désagréments épargnés aux chauffeurs.

Partager.

Laisser une réponse