Les producteurs d’asphalte du Québec craignent des mise-à-pied massives

Bitume Québec met en garde contre des « mises-à-pied massives » par des dizaines d’entreprises d’asphalte si le conflit opposant les 1 800 ingénieurs de l’État québécois au gouvernement du Québec ne trouve pas une issue favorable dans les prochains jours. 

Tytus Zurawski, président de l’organisation, a qualifié lancement des travaux de la programmation 2022-2023 de ‘paralysé entièrement », et a déclaré dans un communiqué de presse que « l’élastique des finances des entreprises était étiré plus qu’à son maximum, jusqu’au point de rupture, et qu’elles ne pouvaient plus tolérer de garder du personnel payé réduit à l’inactivité. »


(Photo : Groupe CNW/Bitume Québec)

« Cette vague de mises-à-pied rendrait impossible tout retour rapide à la normale, même une fois ce conflit réglé, a-t-il ajouté.

Les ingénieurs du gouvernement du Québec ont déclenché leur troisième grève ce printemps, l’Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) n’ayant pas réussi à conclure une entente avec le gouvernement lundi soir. La première grève a débuté le 22 avril, et la deuxième, le 1er juin.

La présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, a déclaré la semaine dernière que les représentants du gouvernement présentaient leur 10e offre au syndicat des ingénieurs.

Le ministère des Transports du Québec entretient 31 091 km d’autoroutes et de routes au sein du réseau routier plus vaste de la province, qui compte 61 468 km.

Bitume Québec affirme que le réseau routier de la province s’est amélioré au cours des dernières années, citant une lecture de l’indice de rugosité international de 2020 qui indique que 76,9 % du réseau routier de la province a une chaussée en bon état.

-Avec des informations de la Presse Canadienne

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*