Retour au bureau : les employeurs de l’industrie doivent faire preuve de flexibilité, selon la PDG de RH Camionnage Canada

Les jeunes étaient plus susceptibles d’être licenciés durant la pandémie de COVID-19, mais on a constaté une augmentation du nombre de femmes occupant un emploi de livreuse pendant la même période.

Ce sont là quelques-unes des révélations faites par Angela Splinter, PDG de RH Camionnage Canada, qui a pris la parole le 17 mai lors du premier événement en personne organisé par le groupe de réseautage Delta Nu Alpha depuis plus de deux ans.

«À l’heure actuelle, alors que nous cherchons à sortir de l’ornière, nous avons encore un peu de travail à faire pour attirer les jeunes dans notre industrie», a déclaré Mme Splinter, précisant que les employeurs de l’industrie du camionnage ont tendance à garder les travailleurs permanents les plus expérimentés lorsqu’ils doivent faire des licenciements.

(photo : iStock)

Un travailleur canadien sur cinq est aujourd’hui âgé de 55 à 64 ans, mais dans l’industrie du camionnage, ce chiffre passe à un sur quatre, poursuit-elle. Mais il y avait aussi des raisons d’être optimiste. Bien que les femmes soient sous-représentées dans l’industrie du camionnage, on observe une augmentation de 55 % du nombre de femmes chauffeuses-livreuses entre 2019 et 2021. Mme Splinter croit qu’il s’agit d’une occasion de transition vers la profession de conductrice de camion.

«C’est une statistique impressionnante, dans la mesure où nous voyons l’aiguille bouger un peu», a-t-elle déclaré. «Cela crée une toute nouvelle réserve de talents que nous pouvons examiner.»

Mme Splinter ajoute qu’elle a récemment discuté avec une importante entreprise de messagerie qui a constaté une augmentation du nombre de livreurs de colis, dont trois ont pu obtenir un permis pour le transport longue distance par camion. «C’est un petit nombre, mais au moins cela nous donne un peu d’espoir», de dire Mme Splinter.

Les employeurs de l’industrie du camionnage s’efforcent présentement de faire revenir les travailleurs au bureau, mais cela n’a pas été facile.

«Nous voyons certainement des modèles flexibles et hybrides», a-t-elle expliqué. «Nous avons vu que cela fonctionnait pendant la COVID. Nous devons effectivement être plus flexibles.»

De nombreux employés de bureau sont passés au travail à distance pendant la pandémie. Cela s’est accompagné d’une communication plus fréquente, ce qui, selon Mme Splinter, devrait se poursuivre après le retour au bureau.

«Lorsque vous retournez au bureau, considérez que les employés s’attendent à des points de contact plus réguliers.»

L’accent sur le bien-être au travail est une autre tendance qui s’est dégagée de la pandémie.

«Nous avons constaté un véritable changement dans les styles de gestion en raison de la COVID. Plus d’empathie. Plus de considération pour les situations que vivent les employés. C’est une véritable tendance», a-t-elle dit.

Modifications au Code canadien du travail

Craig Faucette, chef de programme chez RH Camionnage Canada, a partagé son point de vue sur la façon dont le Code canadien du travail change et les répercussions de ces changements sur les transporteurs sous réglementation fédérale.

«Certains changements sont relativement simples, d’autres sont complexes. Et il y en a d’autres en préparation», a-t-il précisé.

Certains changements apportés au Code canadien du travail concernant les exigences de préavis relatives aux horaires de travail comportaient des exemptions pour le camionnage, en raison de la nature du travail. Mais un changement important qui touchera les employeurs de l’industrie du transport routier concerne le harcèlement et la violence sur le lieu de travail.

Des études gouvernementales ont révélé qu’environ 15 % des employés ont déclaré avoir été harcelés sur leur lieu de travail au cours de l’année écoulée. RH Camionnage Canada a effectué sa propre recherche et a constaté que ce chiffre était similaire dans l’industrie du camionnage, soit 16 %.

«Ce genre de choses ne devrait pas se produire», a déclaré M. Faucette. Les entreprises sous réglementation fédérale devront mettre en place des dispositions pour éviter le harcèlement et la violence sur le lieu de travail, fournir des réponses adéquates et rapides en cas de plaintes et apporter un soutien aux victimes. 

Il a ajouté que RH Camionnage Canada a produit du matériel de formation et des documents d’information pour aider les employeurs à se conformer aux nouvelles exigences.

Un autre changement auquel sont confrontés les employeurs sous réglementation fédérale concerne les congés de maladie payés obligatoires.

Et puis, il y a la législation imminente sur l’équité salariale qui relève de la Commission canadienne des droits de la personne. «Il s’agit d’un plan d’équité salariale complexe que les employeurs doivent mettre en œuvre», a expliqué M. Faucette, en précisant que la période de mise en œuvre est de trois ans.

Les employeurs devront veiller à ce que toute personne effectuant un travail de valeur similaire soit rémunérée de manière égale. «Si vous avez des rôles à prédominance masculine ou féminine, vous devez évaluer la valeur de ces rôles», conclut M. Faucette, ajoutant que des augmentations de salaire pour certains rôles genrés peuvent être nécessaires.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*