Navigation: Impôt

Environnement d’affaires
0

TransForce Inc. et Contrans Group Inc. annoncent que toutes les conditions relatives à l’offre de 2420785 Ontario Inc., filiale indirecte en propriété exclusive de TransForce, visant la totalité des actions à droit de vote subalterne de catégorie A et des actions à droit de vote multiple de catégorie B de Contrans Group Inc. ont été respectées. En conséquence, 2420785 Ontario Inc. a pris livraison de toutes les actions de Contrans validement déposées en réponse à l’offre à l’heure d’expiration, soit 00h01 (heure de Toronto) aujourd’hui. 2420785 Ontario Inc. réglera le prix d’offre de 14,60 $ par action déposée et elle fera l’acquisition des actions le vendredi 14 novembre 2014, conformément à la réglementation sur les valeurs mobilières applicables, immédiatement après la date et l’heure de clôture des registres applicables au dividende extraordinaire de 0,40 $ par action de Contrans mentionné ci-après. «Nous sommes très heureux d’avoir réalisé avec succès notre offre visant Contrans», a déclaré le président du conseil, président et chef de la direction de TransForce, Alain Bédard. «Nous accueillons l’équipe de direction et le personnel de Contrans au sein de la famille TransForce. Nous nous réjouissons du succès futur de Contrans avec TransForce».

Environnement d’affaires
0

L’Association du camionnage du Québec (ACQ) a profité des consultations prébudgétaires menées par le cabinet du ministre des Finances du Québec, Carlos Leitão, en prévision du budget 2014-2015, qui sera déposé dans les prochaines semaines, afin de soumettre des recommandations visant à améliorer davantage la compétitivité du transport routier de marchandises par camion. Les interventions de l’ACQ ont porté, entre autres, sur l’ajustement des critères d’admissibilité à la déduction des frais de repas. Le président-directeur général de l’ACQ, Marc Cadieux, a indiqué que les différentes conditions fiscales à remplir pour la déductibilité de frais de repas, pour les chauffeurs qui voyagent à l’extérieur de leur établissement de travail et/ou de leur domicile, ne correspondent plus à la réalité de leurs activités. «Nous estimons qu’un camionneur sur deux (50 pour cent) effectue ses activités à l’intérieur d’un poste de travail quotidien de 16 heures ou moins, revient à son port d’attache par la suite, mais doit néanmoins prendre ses repas sur la route et doit assumer les frais de ceux-ci sans compensation fiscale raisonnable», a déclaré M. Cadieux.