Washington injecte 755 millions $ pour plus de stationnement pour les véhicules commerciaux

La Chambre des représentants des États-Unis a adopté hier le « Truck Parking Safety Improvement Act », qui vise à atténuer les effets du manque criant de places de stationnement pour les véhicules commerciaux.

Dans le texte législatif, on peut lire que le Congrès des États-Unis estime que cette mesure est une « priorité nationale », que les élus reconnaissent qu’il y a bel et bien situation de pénurie de stationnement le long des autoroutes américaines et que remédier à la situation contribuera à améliorer le bilan de sécurité sur les routes.

Stationnement de camions vu de haut.
Le manque de places de stationnement est un facteur aggravant de la pénurie de chauffeurs. (Photo : iStock)

Dès l’année fiscale 2022, Washington investira 125 millions $ pour la construction de tels stationnements, des montants équivalents étant prévus pour les années subséquentes, pour un total de 755 millions $ sur cinq ans.

Les nouvelles aires de stationnement pourraient être aménagées dans de tout nouveaux relais routiers, à des endroits exclusivement dédiés à cette fin, sur des sites portuaires ou encore à proximité de stations de pesée, dont certaines pourraient même être converties pour servir exclusivement au stationnement de véhicules commerciaux.

Depuis des mois, tant les grandes flottes représentées par l’American Trucking Associations (ATA) que les routiers autonomes membres de l’Owner-Operator Independant Drivers Association (OOIDA) réclamaient de telles mesures.

Dans une lettre conjointe adressée au secrétaire américain des Transports en février dernier, le président de l’ATA, Chris Spear, faisait valoir que, année après année, les sondages démontrent que le manque de stationnement se place parmi les principales préoccupations des chauffeurs de camions et que 98 % d’entre eux indiquent avoir du mal à trouver un endroit sécuritaire où se garer. Chaque jour, ajoutait M. Spear, un chauffeur de camion passe 56 minutes en moyenne à dénicher une place de stationnement, ce qui représente une perte annuelle de 5 500 $ ou une perte de rémunération d’environ 12 %.

À cela il faut ajouter le stress sur les épaules des chauffeurs qui doivent respecter à la lettre les règles sur les heures de service.

Des études ont démontré que le manque de stationnement adéquat pour les camions est un facteur aggravant de la pénurie de chauffeurs, notamment chez les femmes, un groupe démographique fortement sous-représenté dans l’industrie du camionnage.

Donnez votre avis

Vos données ne seront ni publiées, ni partagées.

*